Avez-vous lu l’article récent de Fabien Major dans le Journal de Montréal: « Comment devenir millionnaire en épargnant tous les mois » ? Est-ce vraiment efficace? La réponse risque de vous surprendre.

Dans l’article, on trouve le cas fictif de Jean-Philippe, 35 ans, électricien depuis bientôt 10 ans, il gagne 84 000$ par année. À 31 ans, il a commencé à épargner 1000$ par mois dans un REÉR qui lui rapporte en moyenne 6%. À 61 ans, Jean-Philippe aura 1 056 500 $ dans son REÉR. Si Jean-Philippe en avait décidé autrement et avait plutôt investi en immobilier,  aurait-il pu accumuler tout autant ?

 Obtenir le même résultat en épargnant deux fois moins

Voici un scénario alternatif qui permet à Jean-Philippe de devenir millionnaire à sa retraite tout en pouvant profiter de la vie. En effet, il est possible pour lui d’épargner deux fois moins et d’obtenir le même résultat.

Avec un  plan d’épargne à 1000$/ mois, comme proposé par Fabien Major, il accumule 60 000$ en 5 ans, ce qui lui permet, à 36 ans, d’acheter une propriété d’une valeur de 250 000$ (mise de fond: 50 000$ plus frais d’acquisition de 10 000$). Il répète ce scénario deux autres fois. Donc à 41 ans et à 47 ans, il acquiert deux autres propriétés de la même valeur. À sa retraite, ses trois propriétés auront une valeur de plus de 1 100 000$, considérant une augmentation de 2% par année.

De plus, ses immeubles rapporteront environ 50 000$ de flux de trésorerie et les hypothèques totaliseront seulement 172 000$. Donc, au lieu de se priver pendant 30 ans de 1000$/mois, ce qui représente environ 20% de son salaire net, il le fait pendant 15 ans seulement tout en atteignant le même objectif: devenir millionnaire à sa retraite!

Si toutefois Jean-Philippe n’a pas envie d’épargner pendant 15 ans, il existe plusieurs astuces pour financer ses immeubles. Il peut, par exemple, prendre de l’argent sur sa maison en utilisant sa marge de crédit hypothécaire. Au fur et à mesure qu’il paie sa propre maison, le solde de sa marge de crédit augmente, ce qu’il peut utiliser comme mise de fond pour acquérir d’autres propriétés à revenus.

Jean-philippe pourrait aussi être beaucoup plus ambitieux et acquérir le double des propriétés dans la même période de temps. Ce qui lui permettrait d’augmenter son actif rendu à la retraite ou de prendre sa retraite plus tôt. En  effet, il existe des façons créatives d’investir avec l’argent des autres en immobilier (À lire dans un prochain article).

Investir en immobilier afin de s’assurer une retraite confortable

Avec cette stratégie, les économies de Jean-Philippe croissent sans qu’il doive se priver constamment pour épargner chaque mois. En effet, il y a probablement plusieurs autres dépenses qui se font concurrence dans sa vie: prévoir les études de ses enfants, amener sa famille en voyage, faire des rénovations dans sa maison  etc.  Il devient donc de plus en plus difficile pour Jean-Philippe de prioriser l’épargne pour la retraite.

Chaque propriété à revenus est comme une tirelire que les locataires remplissent mois après mois. Ce sont ses locataires qui paient l’hypothèque de l’immeuble et c’est le flux de trésorerie qui paie pour l’entretien. De plus,  son actif prend de la valeur avec les années.

img_4154

L’autre avantage de l’immobilier est qu’une fois à la retraite, Jean-Philippe n’aura pas à gruger son capital accumulé.  Dans le cas des RÉER, il devra décaisser chaque année le montant qu’il utilisera comme revenu de retraite.  À 90 ans, le solde de son capital risque d’être très maigre. Au contraire, avec des immeubles, il peut vivre du flux de trésorerie généré mensuellement, pendant que le capital, lui, reste intact et continue même à prendre de la valeur annuellement!

De cette façon, Jean-Philippe n’aura pas à se tracasser à savoir s’il survivra à ses économies. Ses propriétés à revenus lui procureront un revenu en légère croissance, à l’abri de l’inflation, pour le restant de ses jours. En plus, en utilisant cette stratégie, il pourra même léguer un héritage aux gens qu’il aime ou faire un don aux causes qui lui tiennent à cœur.

Avec tout le respect que l’on doit à Fabien Major, il semble que l’épargne ne soit pas une façon si efficace pour Jean-Philippe de réaliser son rêve d’être un retraité milionnaire. La bonne nouvelle est qu’il existe d’autres solutions comme l’immobilier qui lui permettent d’atteindre ses objectifs tout en le libérant du fardeau de l’épargne et en lui offrant plus de liquidités pour profiter de la vie.

Psst! Suivez notre page Facebook en cliquant j’aime!